Textes

La décroissance selon Roegen

La Décroissance – (Entropie – Ecologie -Economie) – 1979

Nicholas Georgescu-Roegen, né à Constanza (Roumanie) en 1906 et décédé à Nashville (USA) en 1994, est un mathématicien et économiste hétérodoxe dont les travaux ont abouti au concept de décroissance qui suscite aujourd’hui les débats que l’on sait. Il a contribué à l’introduction dans l’économie du concept physique d’entropie et à l’élaboration de la bio-économie, qui ouvre un pont entre les sciences économiques et les sciences biologiques. À ce titre, il fait partie du courant évolutionniste des économistes, mais il lie aussi sciences économiques et sciences physiques (thermodynamique), ouvrant ainsi la voie à l’économie thermodynamique. Continue reading →

Demain La Décroissance, parti politique

Demain La Décroissance (DLD) est une association Loi de 1901 à caractère politique, fondée sur la théorie de la décroissance inéluctable de la civilisation industrielle. Ce parti politique développe l’idée que la cause la plus importante de cette décroissance inéluctable est la raréfaction prochaine et progressive des ressources fossiles et minérales de la planète, c’est à dire la réduction de la disponibilité globale en énergie et matières premières physiques. Mais d’autres facteurs pourraient également s’y ajouter, tels notamment : Continue reading →

Décroître ou être décru ?

Les fidèles de la religion croissanciste jouissent d’une sérénité morale plus grande que les agnostiques des lendemains durables et plus grande encore que les zélateurs convaincus de la réduction de la voilure économique. Pour ces derniers, les paradoxes se mêlent aux confusions et les incertitudes s’additionnent aux contradictions, si l’on excepte bien entendu les plus cyniques qui ont fait de ce thème devenu tendance un véritable fonds de commerce capitaliste. Continue reading →

Peut on être libéral et anti-capitaliste ?

« Le travail salarié, comme l’esclavage, comme le servage, n’est qu’une forme transitoire et inférieure, destinée à disparaître devant les travailleurs associés qui eux apporterons à leur tâche des bras bien disposés, un esprit alerte et un cœur réjoui » – Karl Marx – Adresse inaugurale à l’association internationale des travailleurs (Ière Internationale) – 1864


Dans l’esprit commun, capitalisme et libéralisme sont associés dans une seule et même fonction socio-économique, sans qu’il soit possible de les séparer et de distinguer les différences, voire les écarts, qui les opposent. A cet amalgame populaire s’ajoute une imprécision référentielle dans la définition de chacun des deux concepts. Le capitalisme est un concept à la fois économique, sociologique et politique, mais sa définition donne lieu à des variations dans l’espace et dans le temps, en fonction des sensibilités politiques des personnes qui emploient le terme. Continue reading →

Politique & Résilience

Pourquoi introduire ce concept assez peu connu de « résilience » en politique ? Certains nous en font le reproche au prétexte que ce serait un terme à la « notoriété montante » et que nous ferions ainsi preuve d’opportunisme en l’associant à nos raisonnements. Voyons ce qu’il en est réellement. D’une façon générale, la résilience désigne la capacité pour un corps, un organisme, une organisation ou un système quelconque, à retrouver ses propriétés initiales après une altération et [cette définition générique est déclinée dans plusieurs contextes. Continue reading →

Le financement de l’Etat

Dans la société actuelle, comme dans la plupart des sociétés antérieures, le financement de l’Etat est assuré par le prélèvement pécuniaire sur les individus. Ce prélèvement est exercé par la force, dans la mesure où aucun individu ne peut s’y soustraire sans encourir une sanction. L’Etat moderne dit démocratique exerce ce pouvoir sous le couvert du principe du « consentement à l’impôt » qui se trouve exprimé de façon sibylline dans l’article 14 de la DDHC : Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. Continue reading →

Les sources de la Loi

Une étude rébarbative des innombrables codes législatifs qui nous gouvernent fait rapidement découvrir que la Loi ne puise pas sa source uniquement dans la protection de la société contre les nuisances issues de l’activité et des agissements humains, mais qu’elle couvre une vaste étendue non-dite, dont personne n’est capable de déterminer les limites exactes. Continue reading →