Anthropologie de la Décroissance – 5ème partie : Les résilients politiques

12/03/2015 – Entretien avec Christian Laurut autour de son livre “Anthropologie de la Décroissance”
V. LES ATHEES CONSTRUCTIVISTES, ou résilients politiques
35. Vous définissez comme un athée constructiviste. Pourquoi ce terme un peu barbare, et son corollaire de « résilient politique » ?
36. De fait, acceptez vous l’étiquette d’objecteur de croissance ou de décroissant ?
37. Que pensez vous de ceux qui vous reprochent de prôner la décroissance « subie » ?
38. Vous avez critiqué le GIEC à de nombreuses reprises, par écrit et par oral. Que répondez vous à ceux qui vous soupçonnent, en doutant du réchauffement climatique, de faire le jeu des lobbies pétroliers ?
39. Comment vous situez vous sur l’échiquier politique : plutôt à gauche, à droite ou au centre.
40. Quelle est votre conception de l’Etat, dans la société de demain, que vous imaginez forcément décroissante ?
41. Comment voyez vous, de manière concrète ce délestage de la fonction législative ?
42. Mais avec un système de démocratie directe tel que vous le proposez, les lois seront beaucoup plus difficiles à voter alors qu’il faut pouvoir adapter rapidement la loi à l’évolution de la société ?
43. Concernant l’impôt, distinguez vous les différentes formes d’impôt, de taxes et cotisations obligatoires ?
44. Quelles sont les critères et les activités concernées par le secteur public marchand dont les bénéfices, si j’ai bien compris, devraient financer les services publics gratuits ?
45. Ne sommes nous pas là dans un système de collectivisation généralisée de l’économie comparable à celui de l’ex URSS ?
46. Que mettez vous dans les services public gratuits et d’après quels critères déterminez vous que tel ou tel service public doit être gratuit ?
47. Mais comment les bénéfices du secteur public marchands pourraient-ils être assez élevés pour financer cet immense service public gratuit
48. A côté de ce grand secteur public que vous envisagez, que resterait-il pour l’entreprise privée et comment devrait-elle fonctionner ?
49. L’entreprise deviendrait donc une zone de non-droit où tout serait permis ? N’est pas un peu effrayant ?…..
50. Comment voyez vous l’exercice de la liberté individuelle face à cette nouvelle donne ?
51. Pensez vous qu’il soit nécessaire de réformer le système actuel de création monétaire.
52. Alors quel système de création monétaire préconisez vous pour cette nouvelle société résiliente ?
53. Pensez vous, comme certains anticapitalistes, que le droit de propriété doive être remis en cause ?
54. La civilisation industrielle se caractérise notamment par une inflation législative sans précédent. D’une centaine de lois sous Charlemagne, nous sommes passés à environ 140.000 lois et règlements dans la France d’aujourd’hui. Pensez vous que le nombre de lois et de règlements va encore augmenter dans les temps à venir, ou au contraire diminuer ?
55. Mais pourquoi avez vous une telle aversion pour l’impôt En quoi votre système est-il plus juste et plus socialement équitable que l’impôt actuel ?
56. Finalement le système que vous proposez ne revient-il pas grosso modo à établir un système de taxation de la consommation, comme certains le proposent déjà ?
57. En quoi cette réorganisation du fonctionnement l’économie que vous proposez est-elle spécifiquement adaptée à la décroisssance ?
58. Mais finalement, votre schéma n’est-il pas tout simplement un projet de profonde modification des règles de la démocratie qui pourrait, pourquoi pas, être proposé dès aujourd’hui, avant même que ne débute cette décroissance que vous pronostiquez ?
59. Tout comme la décroissance, la révision constitutionnelle est à la mode. De nombreux mouvements s’intéresse à la réécriture de la constitution, dont notamment le Mouvement pour le sixième république de JL Mélenchon et les ateliers Constituants d’Etienne Chouard. Comment vous situez vous par rapport à ces mouvements.
60. Il y a aujourd’hui 7 milliards d’humains sur la planète et on prévoit 10 milliards pour 2050. Les ressources alimentaires vous paraissent elles suffisantes pour une population mondiale de cette ampleur ?
61. Pensez vous que les années à venir seront plus agréables et intéressantes à vivre, ou, au contraire, plus difficiles et plus ternes ?

Ce contenu a été publié dans Entretiens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire